Espèces exotiques envahissantes

On dit qu’une espèce est envahissante lorsqu’elle élimine les espèces indigènes et les remplace, et qu’elle nuit aux écosystèmes environnants.

Une espèce exotique envahissante (EEE) est un végétal, un animal ou un micro-organisme (virus, bactérie ou champignon) qui est introduit hors de son aire de répartition naturelle. Son implantation ou sa propagation peut constituer une menace pour l’environnement, l’économie ou la société.

Ces espèces ont été introduites de façon intentionnelle, par exemple dans le cadre d’aménagements paysagers ou encore de façon accidentelle, entre autres lors du transport de marchandises.

Elles sont appelées espèces exotiques envahissantes (EEE) lorsqu’elles réussissent à s’adapter de façon tellement efficace qu’elles prennent le dessus sur la végétation présente de façon naturelle dans l’environnement, c’est-à-dire les plantes indigènes. Ces espèces exotiques se développent rapidement, car aucune plante n’entre en compétition avec elles et aucun prédateur n’est présent pour assurer un contrôle naturel.

 

Quels sont leurs impacts?

(Source : le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques)

Sur l’environnement :

L’introduction et la propagation des espèces exotiques envahissantes ont des impacts majeurs sur la biodiversité locale. Elles entraînent le déplacement des espèces indigènes sous l’effet de la prédation ou de la compétition dans la recherche de nourriture et d’autres ressources. Les EEE peuvent également diminuer la diversité génétique des espèces indigènes, en s’hybridant avec ces dernières, et constituer une menace pour certaines espèces rares ou vulnérables. De façon plus globale, les espèces exotiques envahissantes peuvent altérer la composition des écosystèmes naturels, nuire à leur composition et compromettre leur fonctionnement durable.

Sur l’économie :

Le contrôle et la gestion des EEE sont parfois difficiles et coûteux. Ces espèces peuvent avoir des répercussions négatives sur la productivité forestière, agricole ou aquacole. Les infestations d’EEE peuvent même influencer négativement la valeur des propriétés.

Sur la société :

Les infestations d’EEE peuvent également avoir des conséquences négatives sur le plan social. Elles peuvent, notamment, affecter la santé humaine en augmentant les risques de maladies ou en causant de la souffrance à des humains ou à des animaux. Des activités récréatives pratiquées sur l’eau ou dans la nature, comme le canotage et la randonnée pédestre, peuvent également être limitées ou entravées par la présence ou l’infestation d’espèces exotiques envahissantes.

Quelles sont les plantes exotiques envahissantes les plus présentes dans notre région?

Phragmite

Le phragmite : vous le connaissez très bien, car il est facilement visible le long des autoroutes. Il forme de très grandes colonies grâce, entre autres, à de longs stolons et rhizomes. Les stolons sont une sorte de  tige qui poussent à l’horizontal et qui peut atteindre plusieurs mètres de long. Tout le long de ces stolons poussent plusieurs nouveaux plants. Les rhizomes sont souterrains mais ils s’allongent de façon similaire au stolon et forment ainsi d’autres plants.

Renouée du Japon

La renouée du Japon : elle ressemble à un bambou et aurait été introduite pour créer des haies ornementales. Il s’agit d’une des 100 pires espèces envahissantes sur notre planète. Elle se propage par ses graines, mais davantage par rhizomes et par de simples fragments de tiges lors d’une coupe. Elle émet une substance chimique dans le sol qui empêche les autres espèces de pousser près d’elle. Sa repousse est si agressive qu’elle réussit même à percer l’asphalte et le ciment.

Berce de Caucase

La berce du Caucase : cette plante peut mesurer 2 à 5 m de haut et ses fleurs prennent la forme d’ombelles blanches. Il ne faut absolument pas y toucher à mains nues. Sa sève peut causer de graves lésions qui se réactivent à chaque fois qu’elles sont exposées au soleil. Elle se reproduit par ses graines qu’elle produit en très grande quantité.

Ce ne sont que trois exemples de plantes exotiques envahissantes présentes au Québec. Afin de réduire leur propagation, n’hésitez pas à vous informer avant de planter de nouveaux spécimens dans vos aménagements paysagers. Si vous êtes affectés par des espèces nuisibles sur votre propriété, il est très important de s’informer sur les bonnes méthodes pour s’en débarrasser afin d’éviter de créer de nouveaux foyers d’infestation. De plus, le nettoyage des outils et de la machinerie est également très important lorsque vous terminez des travaux dans des secteurs colonisés par ces plantes.

 

En savoir plus :